Michel SARDOU _ J’accuse

Paroles : Michel Sardou, Pierre Delanoë.
Musique: Jacques Revaux

J’accuse les hommes, un par un et en groupe.
J’accuse les hommes de cracher dans leur soupe,
D’assassiner la poule aux œufs d’argent,
De ne prévoir que le bout de leur temps.
J’accuse les hommes de salir les torrents,
D’empoisonner le sable des enfants,
De névroser l’âme des pauvres gens,
De nécroser le fond des océans.

J’accuse les hommes de violer les étoiles
Pour faire bander le Cap Canaveral,
De se repaître de sexe et de sang
Pour oublier qu’ils sont des impuissants.
De rassembler les génies du néant,
De pétroler l’aile des goélands,
D’atomiser le peu d’air qu’ils respirent,
De s’enfumer pour moins se voir mourir.

{J’accuse !}

J’accuse les hommes de crimes sans pardon
Au nom d’un homme ou d’une religion.
J’accuse les hommes de se croire sans limites
J’accuse les hommes d’être des hypocrites,
Qui jouent les durs pour enfoncer du beurre
Et s’agenouillent aussitôt qu’ils ont peur.
J’accuse les hommes de se croire des surhommes
Alors qu’ils sont bêtes à croquer la pomme.

J’accuse les hommes. Je veux qu’on les condamne
Au maximum, qu’on arrache leur âme
Et qu’on la jette aux rats et aux cochons
Pour voir comment eux ils s’en serviront.
J’accuse les hommes, en un mot comme en cent,
J’accuse les hommes d’être bêtes et méchants,
Bêtes à marcher au pas des régiments,
De n’être pas des hommes tout simplement.

Publicités

4 réflexions sur “Michel SARDOU _ J’accuse

  1. On s’est demandé avec stupeur quels étaient les protecteurs du commandant Esterhazy. C’est d’abord, dans l’ombre, le lieutenant-colonel du Paty de Clam qui a tout machiné, qui a tout conduit. Sa main se trahit aux moyens saugrenus. Puis, c’est le général de Boisdeffre, c’est le général Gonse, c’est le général Billot lui-même, qui sont bien obligés de faire acquitter le commandant, puisqu’ils ne peuvent laisser reconnaître l’innocence de Dreyfus, sans que les bureaux de la guerre croulent dans le mépris public. Et le beau résultat de cette situation prodigieuse est que l’honnête homme, là-dedans, le lieutenant-colonel Picquart, qui seul a fait son devoir, va être la victime, celui qu’on bafouera et qu’on punira. O justice, quelle affreuse désespérance serre le coeur ! On va jusqu’à dire que c’est lui le faussaire, qu’il a fabriqué la carte-télégramme pour perdre Esterhazy. Mais, grand Dieu ! pourquoi ? dans quel but ? Donnez un motif. Est-ce que celui-là aussi est payé par les juifs ? Le joli de l’histoire est qu’il était justement antisémite. Oui ! nous assistons à ce spectacle infâme, des hommes perdus de dettes et de crimes dont on proclame l’innocence, tandis qu’on frappe l’honneur même, un homme à la vie sans tache ! Quand une société en est là, elle tombe en décomposition.

    J'aime

  2. On s’est demandé avec stupeur quels étaient les protecteurs du commandant Esterhazy. C’est d’abord, dans l’ombre, le lieutenant-colonel du Paty de Clam qui a tout machiné, qui a tout conduit. Sa main se trahit aux moyens saugrenus. Puis, c’est le général de Boisdeffre, c’est le général Gonse, c’est le général Billot lui-même, qui sont bien obligés de faire acquitter le commandant, puisqu’ils ne peuvent laisser reconnaître l’innocence de Dreyfus, sans que les bureaux de la guerre croulent dans le mépris public. Et le beau résultat de cette situation prodigieuse est que l’honnête homme, là-dedans, le lieutenant-colonel Picquart, qui seul a fait son devoir, va être la victime, celui qu’on bafouera et qu’on punira. O justice, quelle affreuse désespérance serre le coeur ! On va jusqu’à dire que c’est lui le faussaire, qu’il a fabriqué la carte-télégramme pour perdre Esterhazy. Mais, grand Dieu ! pourquoi ? dans quel but ? Donnez un motif. Est-ce que celui-là aussi est payé par les juifs ? Le joli de l’histoire est qu’il était justement antisémite. Oui ! nous assistons à ce spectacle infâme, des hommes perdus de dettes et de crimes dont on proclame l’innocence, tandis qu’on frappe l’honneur même, un homme à la vie sans tache ! Quand une société en est là, elle tombe en décomposition.

    J'aime

  3. J’accuse les hommes. Je veux qu’on les condamne Au maximum, qu’on arrache leur âme Et qu’on la jette aux rats et aux cochons Pour voir comment eux ils s’en serviront. J’accuse les hommes, en un mot comme en cent, J’accuse les hommes d’être bêtes et méchants, Bêtes à marcher au pas des régiments, De n’être pas des hommes tout simplement.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s