Archives

Chinoiserie

Supermarché_Chinois

Publicités

Daniel GUICHARD _ Mon vieux

Superbe chanson qui me remue les tripes à chaque nouvelle écoute

Chanson écrite avec Jean Ferrat pour la musique et Michelle Senlis qui avait écrit le premier texte

Dans son vieux pardessus râpé
Il s’ en allait l’ hiver, l’ été
Dans le petit matin frileux
Mon vieux 

Y’ avait qu’ un dimanche par semaine
Les autres jours, c’ était la graine
Qu’ il allait gagner comme on peut
Mon vieux 

L’ été on allait voir la mer
Tu vois c’ était pas la misère
C’ était pas non plus le paradis
Hé ouai tant pis 

Dans son vieux pardessus râpé
Il a pris pendant des années
Le même autobus de banlieue
Mon vieux 

Le soir en rentrant du boulot
Il s’ asseyait sans dire un mot
Il était du genre silencieux
Mon vieux 

Les dimanches étaient monotones
On ne recevait jamais personne
Ça ne le rendait pas malheureux
Je crois, mon vieux 

Dans son vieux pardessus râpé
Les jours de paye quand il rentrait
On l’ entendait gueuler un peu
Mon vieux 

Nous, on connaissait la chanson
Tout y passait, bourgeois, patrons,
La gauche, la droite, même le bon Dieu
Avec mon vieux 

Chez nous y’ avait pas la télé
C’ est dehors que j’ allais chercher
Pendant quelques heures l’ évasion
Je sais c’ est con 

Dire que j’ ai passé des années
A côté de lui sans le regarder
On a à peine ouvert les yeux
Nous deux 

J’ aurais pu c’ était pas malin
Faire avec lui un bout d’ chemin
Ça l’ aurait peut etre rendu heureux
Mon vieux 

Mais quand on a juste quinze ans
On n’ a pas le cœur assez grand
Pour y loger toutes ces choses là
Tu vois 

Maintenant qu’ il est loin d’ ici
En pensant à tout ça, j’ me dis
J’aimerais bien qu’ il soit près de moi 
PAPA

CHRISTIAN, le LION apprivoisé retrouve ses Amis humains

Il y a quelques années, une vidéo avait fait le buzz en montrant deux hommes retrouvant leur lion Christian un an après l’avoir relâché dans la nature.
Tout le monde disait que le lion ne les reconnaitrait pas…

Faux, ce moment est juste Magnifique !

09-11-2007 : Mystérieuse Disparition de SAPHIR tatoué 2CJY658

Mon Ami et Fidèle Compagnon SAPHIR, Né en Octobre 2001 a mystérieusement disparu le 09-11-2007 au COUX ET BIGAROQUE canton de St Cyprien

– 24220 – Dordogne (Périgord Noir).

C’est un Mâle Croisé Bruno du Jura de 29 Kg.

Hauteur au garrot : 60 cm environ. Vaccins à jour.
Robe Tricolore (noir, feu et blanc ).
Autres signes particuliers : Très affectueux, il n’aime pas l’eau.

Le 09-04-2003 il a été Castré et Tatoué : 2CJY658 dans l’oreille droite.

Il est croisé de chien courant et de chienne d’arrêt, d’ailleurs quand il était tout jeune et que je le tenais en laisse pour l’éduquer il démarrait au 1/4 de tour en voyant passer un jeune chevreuil, je n’avais pas intérêt à me laisser surprendre !
Et d’autres fois il marquait l’arrêt car il avait senti un faisan dans les herbes !

Malgré tout il n’a jamais poursuivi un chat ni même une poule et ce n’est pas un chien fugueur.

Il est si Affectueux et si gentil qu’il aurait pu suivre n’importe qu’elle personne qui l’aurait attiré.

J’espérais finir ma vie tranquillement avec mon Fidèle Compagnon à mes côtés et d’un seul coup : Pfft, plus rien !

Il me manque à chaque instant car on ne se séparait JAMAIS.

SVP, Diffusez et Transférez mon S.O.S. aux membres de vos Familles, à vos Amis et Relations Professionnelles, aux SPA, Refuges, Fourrières, Mairies et VETERINAIRES, ainsi qu’à toute Personne, Organisations, Communautés y compris les « Gens du Voyage », etc… que vous connaissez en France et en Europe.

2002

      

2003

              

2004

2005

       

2006

              

       

       

       

2007

       

AVIS DE RECHERCHE DE MON AMI SAPHIR tatoué 2CJY658

SAPHIR et ses Copains à
BRAGUEL-SOLEIL

Très Forte Récompense assurée pour toute personne qui me permettrait de retrouver mon Ami Saphir.

Tél : 05.53.31.68.85.

Résultat d’une loi injuste. Merci Sarkoléon !

La BÊTISE, la CRUAUTÉ et la LÂCHETÉ des HUMAINS envers les CHIENS

Tu as visionné cette Vidéo ? Qu’en penses-tu ? N’est-il pas temps de cesser de faire l’autruche ?

Il n’y a pas de bons ou mauvais Chiens, il n’y a que des bons ou mauvais Maîtres !

N’oublies jamais que tes jeunes enfants tout comme ton jeune chien chercheront à te ressembler.
Ces dictons sont bien connus :
Tel Père, tel Fils.
Tel Maître, tel Chien…

« Un maître bien dans sa peau, un chien bien dans ses poils »

 En clair, le comportement d’un chien dépend de son maître, pas de sa race !

Il est temps pour toi de réagir contre cette loi injuste, de dire :
Oui à des obligations pour les propriétaires de chiens, mais Non à la catégorisation des chiens
Tu peux signer cette pétition : Clic pour y aller —-> Suppression de la catégorisation des chiens
et aussi celle-ci : Clic pour y aller —-> Pour une revision du statut de l’animal dans le code civil

La réalité de l’abandon

Lis ce qui suit avant d’abandonner ton Compagnon à 4 pattes !

Le chien n’a qu’un défaut, celui de croire en l’homme ……

C’est le seul être sur terre qui t’ aime plus qu’il ne s’aime lui-même !

Clic pour télécharger —–> Comment t’as pu 

Tu as vu le diaporama ? Alors maintenant tu devrais lire ce qui suit :

Le journal d’un chien

Semaine 01 :
Ca fait aujourd’hui une semaine que je suis né, Quel bonheur d’être arrivé dans ce monde !
Mois 01 :
Ma maman s’occupe très bien de moi. C’est une maman exemplaire.
Mois 02 :
Aujourd’hui j’ai été séparé de maman. Elle était très inquiète et m’a dit adieu du regard. En espérant que ma nouvelle « famille humaine » s’occupera aussi bien de moi qu’elle l’a fait.
Mois 04 :
J’ai grandi vite, tout m’attire et m’intéresse. Il y a plusieurs enfants à la maison, ils sont pour moi comme des « petits frères ». Nous sommes très polissons, ils me tirent la queue, et je les mords pour jouer.
Mois 05 :
Aujourd’hui, ils m’ont disputé. Ma maîtresse m’a grondé parce que j’ai fait « pipi » à l’intérieur de la maison, mais ils ne m’ont jamais dit où je devais le faire. En plus je dors dans la réserve… et je ne me plaignais pas !
Mois 12 :
Aujourd’hui j’ai eu un an. Je suis un chien adulte. Mes maîtres disent que j’ai grandi plus qu’ils ne le pensaient. Qu’est-ce qu’ils doivent être fiers de moi !
Mois 13 :
Aujourd’hui, je me suis senti très mal. Mon « petit frère » m’a pris ma balle. Moi je ne lui prends jamais ses jouets. Alors je lui ai reprise. Mais mes mâchoires sont devenues fortes et je l’ai blessé sans le vouloir. Après la peur, ils m’ont enchaîné, je ne peux presque plus voir le soleil. Ils disent qu’ils vont me surveiller, que je suis un ingrat. Je ne comprends rien à ce qui se passe.
Mois 15 :
Plus rien n’est pareil… je vis sur le balcon.  Je me sens très seul, ma famille ne m’aime plus. Ils oublient parfois que j’ai faim et soif. Quand il pleut, je n’ai pas de toit pour m’abriter.
Mois 16 :
Aujourd’hui, ils m’ont fait descendre du balcon. J’étais sûr que ma famille m’avait pardonné et j’étais si content que je sautais de joie. Ma queue bougeait dans tous les sens. En plus, ils m’emmènent avec eux pour une promenade. Nous avons pris la direction de la route et d’un coup, ils se sont arrêtés. Ils ont ouvert la porte et je suis descendu tout content, croyant que nous allions passer la journée à la campagne. Je ne comprends pas pourquoi ils ont fermé la porte et sont partis. « Écoutez, attendez ! Vous… » Vous m’oubliez. J’ai couru derrière la voiture de toutes mes forces. Mon angoisse grandissait quand je me rendais compte que j’allais m’évanouir et qu’ils ne s’arrêtaient pas : ils m’avaient oublié.
Mois 17 :
J’ai essayé en vain de retrouver le chemin pour rentrer à la maison. Je me sens et je suis perdu. Sur mon chemin, il y a des gens de cœur qui me regardent avec tristesse et me donnent un peu à manger. Je les remercie du regard et du fond du cœur. J’aimerais qu’ils m’adoptent et je leur serais loyal comme personne. Mais ils disent juste « pauvre petit chien », il a dû se perdre.
Mois 18 :
L’autre jour, je suis passé devant une école et j’ai vu plein d’enfants et de jeunes comme mes « petits frères ». Je me suis approché et un groupe, en riant, m’a lancé une pluie de pierres pour « voir qui visait le mieux ». Une des pierres m’a abîmé l’œil et depuis je ne vois plus de celui-ci.
Mois 19 :
Vous ne le croirez pas, mais les gens avaient plus pitié de moi quand j’étais plus joli. Maintenant je suis très maigre, mon aspect à changé. J’ai perdu mon œil et les gens me font partir à coup de balais quand j’essaie de me coucher dans un petit coin d’ombre.
Mois 20 :
Je ne peux presque pas bouger. Aujourd’hui, en essayant de traverser la rue où circulent les voitures, je me suis fait renverser. Je pensais être dans un endroit sûr appelé fossé, mais je n’oublierai jamais le regard de satisfaction du conducteur qui a même fait un écart pour essayer de m’écraser. Si au moins il m’avait tué ! Mais il m’a éclaté la hanche. La douleur est terrible, mes pattes arrière ne réagissent plus et je me suis difficilement tiré vers un peu d’herbe au bord de la route.
Mois 21 :
Cela fait 10 jours que je passe sous le soleil, la pluie, sans manger. Je ne peux pas bouger. La douleur est insupportable. Je me sens très mal, je suis dans un lieu humide et on dirait même que mon poil tombe. Des gens passent, ils ne me voient même pas, d’autres disent « ne t’approche pas ». Je suis presque inconscient, mais une force étrange m’a fait ouvrir les yeux… la douceur de sa voix m’a fait réagir.
Elle disait « Pauvre petit chien, dans quel état ils t’ont laissé »… avec elle il y avait un monsieur en blouse blanche, il m’a touché et a dit « je regrette madame, mais ce chien ne peut plus être soigné, il vaut mieux arrêter ses souffrances ».
La gentille dame s’est mise à pleurer et a approuvé.
Comme je le pouvais, j’ai bougé la queue et je l’ai regardé, la remerciant de m’aider à trouver enfin le repos.
Je n’ai senti que la piqûre de la seringue et je me suis endormi pour toujours en me demandant pourquoi j’étais né si personne ne me voulait.
La solution n’est pas de jeter un chien à la rue, mais de l’éduquer.
Ne transforme pas en problème une compagnie fidèle.
Aide à faire prendre conscience et à mettre fin au problème des chiens abandonnés.