Archives

Elevage des cochons

Le modèle alimentaire français : l’élevage des cochons

Une vie de souffrance !

“Notre modèle agricole et alimentaire est un facteur d’identité dans notre pays. […] Il doit être aussi un exemple et un modèle pour le monde”. Bruno Le Maire (Ministre de l’Agriculture).

Cette photo très triste et inquiétante a été prise dans une ferme industrielle des États-Unis.

Ces  pauvres porcs  sont confinés dans des cages qui limitent sévèrement leurs déplacements afin qu’ils engraissent plus rapidement. S’il vous plaît partager cette photo avec autant de personnes que possible afin que nous puissions accroître la sensibilisation de l’importance d’acheter des produits certifiés biologiques et prévenir les souffrances inutiles de tous les animaux de la ferme.

En France, plus de 25 millions de cochons sont tués chaque année dans les abattoirs.


Si les élevages sont dits familiaux en France, ils n’en restent pas moins intensifs. 96% des porcs ne fouleront jamais le sol extérieur et seront gardés sur caillebotis de leur naissance à leur abattage.

Les caillebotis sont des sols ajourés qui permettent aux excréments de s’évacuer : le lisier est ensuite récupéré dans des fosses et est utilisé en épandage.

L’ensemble du lisier breton représente l’équivalent des excréments de la population française.

La Bretagne, qui réalise 50% de la production porcine française et qui concentre également d’autres élevages, connaît le problème des algues vertes. C’est la première région émettrice d’ammoniac.


D’après la filière, les élevages français comptent en moyenne 170 truies par élevage. Certains élevages comptent toutefois plus de 500 truies.

Les cochons sont dopés aux antibiotiques pour tenir dans ces élevages. 56% des antibiotiques vétérinaires sont utilisés dans les élevages porcins, soit 675 tonnes de matière antibiotique active. *

Pour limiter les pertes liées à ces conditions d’élevage intensif, les porcs subissent peu après leur naissance des opérations douloureuses telles que la coupe des queues ou le meulage des dents.

Les porcelets sont également castrés à vif. Ces opérations douloureuses sont quasi systématiques en France.

Pour les porcelets chétifs, considérés comme non viables, l’euthanasie par assommage contre un mur ou à l’aide d’une masse, bien qu’illégale, est couramment pratiquée.

20% des porcs meurent entre la naissance et l’âge de départ pour l’abattoir.

Les truies mettent bas dans des sortes de cages (stalles) où elles ne peuvent effectuer aucun déplacement sauf se lever ou se coucher.

De nombreuses truies passent l’intégralité de leur vie dans ces stalles.

A partir de 2013 une directive européenne obligera les éleveurs à loger les truies en groupe une partie de leur vie. Toutefois, les truies resteront encore 1/3 de leur vie en stalle…

Source : http://www.l214.com/salon-agriculture-2011/1er-jour-elevage-de-cochons

Publicités

Tuer pour le plaisir !

La chasse commerciale des kangourous pour la viande et le cuir

Appels pour que la peau de kangourou soit bannie entièrement du football. (Adidas et d’autres grands fabricants de chaussures de football)

Pétition ici : http://www.change.org/petitions/call-for-support-to-ban-kangaroo-products-in-eu?organization=awpc

Adidas continue son massacre de kangourous en 2012.

Des millions de kangourous adultes sont abattus chaque année pour leur viande et leur peau et il est estimé qu’un million de kangourous bébé (joeys) sont décapités, fusillés ou battus à mort chaque année, puis jetés comme des « déchets ».
Les kangourous sont moins de la moitié de ce qu’ils étaient il y a une décennie !

L’abattage des kangourous est le plus grand massacre de la planète de la faune terrestre, menée par un pays avec le pire record du monde pour l’extinction des espèces.

Le foie gras de batterie

Le modèle alimentaire français : l’élevage des canards pour le foie gras

Le foie gras de batterie : gastronomie française garantie

« Notre modèle agricole et alimentaire est un facteur d’identité dans notre pays. […] Il doit être aussi un exemple et un modèle pour le monde ». Bruno Le Maire (Ministre de l’Agriculture).

En France, on ne gave que les mâles. 43 millions de femelles sont donc écartées peu après l’éclosion : broyées, gazées ou parfois expédiées dans les pays de l’Est.

En France, les canards gavés sont maintenus pour 87% d’entre eux dans d’étroites cages individuelles.

C’est pourtant interdit dans l’Union européenne depuis le 1er janvier 2011.

Mais, en France, le ministère de l’Agriculture étant à la botte des filières, il semble impossible de faire respecter la réglementation.

En France, on gave à la pompe hydraulique ou pneumatique qui en quelques secondes injecte jusqu’à 900g de pâtée dans le jabot des oiseaux.

En France, 1 million de canards meurent en cours de gavage.

En France, on mange le foie de canards malades ayant contracté une stéatose hépatique.

Ailleurs, nombre de pays interdisent le gavage, considéré comme un acte de cruauté envers les animaux.

Peut-on encore faire passer pour une tradition de savoir-vivre une coutume barbare qui consiste à enfoncer dans la gorge d’un animal encagé l’embout d’un entonnoir ou d’une pompe pneumatique ?

Peut-on en être fier ?

Source : http://www.l214.com/salon-agriculture-2011/8eme-jour-canards

A.L.F ( animal liberation front )

Libération : Hommage à l’A.L.F.

– Le rapport de mission : allouer efficacement du temps et de l’argent pour mettre fin au statut d’objet des animaux.

– La Mission : Supprimer l’exploitation animale institutionalisée parce qu’elle suppose que les animaux sont des objets.